Chardonnerets et Canaris

Les Canaris de Chants

HISTOIRE ÉCRITE DES CANARIS DOMESTIQUES



Les premières et plus vastes nouvelles sur l'origine du canari ne conviennent pas, comme il faudrait attendre, d'auteurs espagnols ou portugais, mais les français et surtout les Anglais sont ceux que plus rapidement se sont largement occupés d'écrire sur cet oiseau magnifique. Il faut aller, donc, aux sources anglaises et françaises pour connaître les plus anciennes données de l'histoire du canari (il ne faut pas oublier que les plus anciennes races de canaris qui existent actuellement sont d'origine anglaise).



Les canaris viennent les îles et les archipels de l'Atlantique : Les Iles Canaries, Madère et Autours, où il vit actuellement encore en état sauvage.
Quand Juan de Betancourt retournera à la coupe de Castille après la conquête des Iles Canaries, il apporte avec elle des petits oiseaux que les indigènes élevaient dans des cages pour satisfaire, et qui avaient une chanson très agréable. Introduits dans la coupe de Castille ils ont eu une grande acceptation. Mais l'acceptation a été encore plus grande en France où la reine Isabelle de Bavière était une passionnée des oiseaux qui avait plusieurs personnes chargées des réelles oiselleries .
La première description écrite que nous connaissons sur le canari et ses origines il vient de Gesner, celui qui dans son « Histori Animalium » Livre III, publié dans 1555, écrivait :
« … l'oiseau de chanson la plus douce est le canari appelé, qui est apporté des Iles Canaries, où on produit le sucre. Il est vendu dans toutes parties, puisqu'est très apprécié tant par la douceur de sa chanson comme parce que, apporté de lieux tellement éloignés, il est seulement laissé veiller par des hommes grands et nobles ».
Dans un autre lieu, par la suite, il est aussi dit :
« … aux Iles Canaries il y a des oiseaux qui sont élevés là et qui sont généralement appelés des canaris, bien qu'on appelle aussi des oiseaux de sucre, parce que le sucre est apporté de là ».
le sucre était importé depuis avant 1550 et comme la conquête des Iles Canaries par l'Espagne, a lieu entre 1483-1495, il peut être dit que le canari est introduit en Europe environ l'année 1500.
Durant l'année 1675 Joseph Blagrove dans son livre « The Epitome of the Art of Husband » écrit sur le canari en disant que »… le canari, appelé ainsi parce que ce qui est original vient des îles du même nom, est, selon mon avis, l'oiseau qui chante mieux du monde ; et on élève maintenant avec des fins industrielles en Allemagne et en Italie et aussi un peu ici en Angleterre bien que non avec le même but commercial que dans les autres pays… « Et par la suite ajoutent »… beaucoup de gens il ne puisse pas distinguer un canari de d'un de nos oiseaux verts communs ".
Depuis relativement rapide on commence à élever le canari avec des fins économiques et commerciaux, dans la traduction qui fait Ray dans 1678 de l'Ornithologie de Willughby de 1676 il est dit ainsi : « Les anciens canaris qui provenaient des Iles Canaries maintenant proviennent de l'Allemagne et leur on appelle des oiseaux Allemands et sa chanson ils dépasse ceux apportés des îles… sont nourris avec la semence du canari, qui prennent avec grand satisfaire et est apportée avec eux depuis les mêmes îles… aussi leur on que nourrit avec semence de toile, de coquelicot et parfois aussi avec millet ; mais ce qui plus il aiment est le sucre et on canne donne la de sucre, ce pourquoi leur on appelle aussi des oiseaux de sucre, et leur pour les encourager à chanter,… »
Dans 1622 Giovanni Pietro Olina écrivait quelque chose qui allait postérieurement être assez important pour expliquer, en ces temps et postérieurement, la variabilité du canari, puisqu'il était très difficile d'admettre scientifiquement que toutes les variétés de canaris qui sont apparues (verts, jaunes, bruns, blancs, etc.) viendraient tous du petit oiseau vert des Iles Canaries.
Il s'agit de ce qui a été postérieurement appelé la Légende d'Île d'Elbe :
« Il y a aussi une classe de ces oiseaux dans l'Île d'Île d'Elbe. Ce sont une variété dégénérée qui diminue originairement du canari vrai qui était apporté depuis les Iles Canaries dans un bateau vers Lighorn et qui appariât près de l'île. Après le naufrage quelques oiseaux sont arrivés à l'île où ils ont élevé et ils se sont énormément multipliés. Mais le lieu différent a fait que quelques changements dans l'aspect externe de ces oiseaux se produisent. Ils ont les jambes les plus noires et plus jaune sous le bout qui les véritables oiseaux des Iles Canaries »
Nous avons dans cette histoire une certaine explication de ce qui s'est produit, très probablement, dans les secteurs comparativement restreints des trois habitats originaux du canari : Les Iles Canaries, Madère et Autours. En définitive c'est le résultat d'une endogamie naturelle dans l'histoire du canari sauvage et qui donne comme résultat de petites différences en vivant chaque groupe d'exemplaires dans un habitat légèrement différent et sans possibilité de croiser avec des exemplaires d'autres familles. Un exemple précoce de ce fait intéressant et le résultat conséquent est mentionné par Gesner :
« … il est fondé l'expérience que certains sont beaucoup plus petits mais chanteur et plus mélodieux en chantant. Mais ce qui est grands quand ils seront enfermés dans la cage tournent en cercle leur tête et ne sont pas tellement prévus comme les véritables oiseaux des Iles Canaries. De cette classe ce sont les oiseaux apportés la Palme et l'Extrémité Verte, à auxquels leur on appelle des idiots, puisque ce mouvement de tête est propre des idiots ».
Ce document est une importante référence à une sélection précoce des exemplaires de grande taille dans lesquels il y a des défauts de la vision (comme il se produit avec ce qui est alvins) qui les oblige à déplacer la tête quand elles seront exposés à une lumière brillante.
Dans 1709 apparaît une œuvre importante qui est uniquement consacrée aux canaris. Son titre est : « Nouveau traité des oiseaux des Iles Canaries, contenant la manière de les élever, de les préparer pour avoir de belles races ». Son auteur est Hervieux Chanteloup, grand amateur aux oiseaux, premier récepteur des commissaires de forêts et gouverneur (ou représentant) des oiseaux et est princesse de Comte.
Dans les divers chapitres qui composent l'œuvre il s'agit des diverses variétés, de l'élevage, de comment enseigner les à chanter, de combattre contre les maladies, des prix des oiseaux et des semences et dans des éditions postérieures il donne des précisions sur les instruments employés pour les enseigner à chanter. ET ce qui est plus important, publie une liste avec 30 variétés, en commençant par la plus commune et en terminant par la plus rare.


30 variétés :



1. Canari gris commun.

2. Canari gris avec plumon, avec les jambes blanches et peint ou souillé.

3. Canari gris avec la queue blanche et peint.

4. Canari blond commun.

5. Canari blond avec les yeux rouges.

6. Canari blond doré.

7. Canari blond avec plumon et peint.

8. Canari blond avec colle blanche et peint.

9. Canari jaune commun.

10. Canari jaune avec plumon et peint.

11. Canari jaune avec colle blanche et peint.

12. Canarien agate commune.

13. Canarien agate avec les yeux rouges.

14. Canarien agate avec la colle blanche et peint.

15. Canarien agate avec plumon et peint.

16. Isabel commun canarien.

17. Canari Isabel avec les yeux rouges.

18. Isabel doré canarien.

19. Canari Isabel avec plumon, race de ceux peints.

20. Canari Isabel avec colle blanche, race de ceux peints.

21. Canari blanc avec les yeux rouges.

22. Canari peint commun.

23. Canari peint avec les yeux rouges.

24. Canari peint de blond.

25. Canari peint de blond avec les yeux rouges.

26. Canari peint de noir.

27. Canari peint de noir, jonquille avec les yeux rouges.

28. Canari tacheté de noir, jonquille et régulier.

29. Canari plein (orange clair - jaune) et dans le présent le plus rare.

30. Canari huppé.




Nulle part dans le livre on donne des précisions sur cette liste ; il paraît qu'il n'était pas nécessaire puisque tous les contemporains connaissaient ou pouvaient voir à ces canaris.

Nous ne se produit pas la même chose à nous, et nous devons faire de certaines hypothèses sur ces variétés comparées avec ce qui est actuelles :

- Le canari gris commun devait être celui que nous appelons vert commun.
- Le canari gris avec les jambes blanches probablement dehors l'agate.
- Les canaris avec plumon devaient être des canaris fortement enneigés, avec un plumage plus long, ce qui lui donne un certain air de plumon.
- Les canaris blonds devaient être, probablement, canaris jaune paille ou pâle. Le canari jaune cité devait être un jaune moyen ou un or jaune.
- Les canaris avec colle blanche sont actuellement inconnus et ne pouvons pas risquer rien.
- Le canari avec des taches noires ou pourrait être Londres Fancy ou plus probablement un prédécesseur de lui.
- Le canari orange-clair, jaune pourrait être un prédécesseur de Norwich, puisque ces oiseaux, en principe étaient des canaris de couleur et que couleur plus suggestive que l'orange jaune ou jaune orange.
- L'agate canarienne, probablement, était le Lizard. Les diverses variétés de l'agate viennent du croisement du Lizard avec des canaris lipochromes. Si l'agate n'est pas le Lizard, il paraît très étrange qu'on ne mentionne pas à la race plus ancienne et qui à cette époque était déjà parfaitement définie.
- L'Isabel canarien était le bruni ou Isabel actuel. On donnait probablement les deux variétés qui étaient considérées comme un seule, vu la similitude entre elles.
La variété huppée était semblable aux canaris huppés « courants » qu'il y a actuellement, et un antécédent de la race Crest.
Notées comme il n'y a aucune référence à des races de chanson ni dont nous considérons aujourd'hui de position, en exceptant Londres Fancy et le Lizard comme il a été précédemment précédente ment mentionné. Les premières mutations sont apparues, indubitablement, dans la couleur et toutes les races chanson et position sont plutôt le résultat d'un long processus de sélection qui n'avait pas encore commencé.
Il y a postérieurement d'autres références à des mutations qui sont données dans les canaris. Des Dr. Latham dit dans 1823 que : « L'oiseau des Iles Canaries, qui est élevé blanc en France, est dans l'Île de Tenerife presqu'aussi gris que un Cini ». Buffon mentionne la variété gris : « La classe gris n'est pas d'une couleur uniforme ; quelques plumes sont affectées par des ombres différentes, et quelques individus sont plus clairs ou plus foncés »
Dans le siècle XIX, durant l'année 1819, apparaissait dans l'Encyclopédie de Rees un article intitulée « Canarienne » dans lequel on essayait de donner une explication à la grande variété de canaris qu'il y avait (30 variétés). On doutait que tous les canaris puissent dériver d'une seule espèce puisqu'entre eux il y avait de grandes différences. Pensés dans les différences entre un canari lipochrome, autre mélanique, un Lizard et les combinaisons entre eux. Pour cette époque l'explication était dans lesquels tant de variété s'était produite suite au croisement du canari avec d'autres variétés d'oiseaux :
« Ces variétés ne sont pas le produit spontané du canari commun, mais bien du croisement de cet oiseau avec le Verdier De montagne et avec le Cini, deux espèces très semblables et qui toutes les deux habitent le sud de l'Europe. Il est par ce moyen, ainsi qu'en croisant au canari avec le chardonneret, linotte commun, Greffier cerillo, Pinzón commun, et même avec le Moineau domestique, comme on a obtenu tant de variétés. Les deux oiseaux avec lesquels le canari peut être croisé et dont les fils sont fertiles ils sont le Verdier de montagne et le Cini.
Ces deux classes d'oiseaux sont très semblables au canari et fréquemment, confondus avec lui et considérés comme variétés de l'oiseau des Iles Canaries. Il est avec ces deux espèces primitives avec lesquelles le Canari est normalement croisé avec davantage de succès et d'où viennent beaucoup des variétés les plus prévues du Canari commun ".
Déjà précédemment, dans 1774, on avait dit que : « … Salerne avait vu à Orléans une canarienne femelle de couleur grise, qu'il avait échappée d'un dépôt, en élevant avec un moineaux commun et qui avait mis les œufs dans le nid (trou) comme les moineaux »
Probablement la femelle gris canarien était une femelle moineau de fond blanc, mutation assez fréquente, et qui de loin peut être confondue avec un gris canarien ou blanchâtre.
Toutes ces explications de la variabilité du canari aujourd'hui nous produisent un certain sourire, mais ait pensées que dans ceci on ne savait pas rien aux gènes ni mutations et que la seule manière de comprendre ce phénomène était en recourant à l'hybridation.


01/01/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 50 autres membres