Chardonnerets et Canaris

Le Canari Cobalts


Les canaris cobalts
par Fritz Heiler 
Traduction: Michel Veya et Francette Cazenave
 Reproduction totale ou partielle des articles et documents interdite sans l'autorisation de l'auteur.
Copyright tous pays

 

Première partie (première approche du cobalt)
"Tous parlent actuellement du cobalt mais personne ne sait exactement de quoi il s’agit".
Historique
C’est lors du championnat d’Allemagne à Ulm en 1994 que des canaris noirs rouge schimmel d’un stam de Karl-Werner Weber ont beaucoup surpris. Car ils avaient le bas du ventre autour du cloaque d’un gris très foncé. Il n’y avait que trois sujets à avoir cette particularité et cela fut attribué à une manipulation de Karl-Werner. De retour à la maison il a arraché quelques unes de ces plumes et attendu pour voir comment cela allait repousser. Cela aurait pu en effet être une action de l’alimentation (bien que l'effet du Polygonum soit inconnu à cette époque là).. Mais non.
Au printemps suivant, Karl-Werner obtient les premiers jeunes issus d’un de ces mâles noirs. Malheureusement, ils avaient tous le bas ventre clair correspondant au classique noir normal. Karl-Werner m’annonçait l’année suivante qu’il accouplait ce mâle avec une de ses filles pour fixer de cette façon le ventre foncé. Malheureusement ce mâle ne féconda pas d’œufs cette année là. Il décide donc de pratiquer aussi dès la prochaine couvée des croisements frère x sœur avec les jeunes obtenus l’année précédente. C’est ainsi qu’on obtint les premiers jeunes avec le bas-ventre gris. Nous avons remarqué que déjà dans leur plumage juvénile ces oiseaux avaient dans le corps beaucoup de noir.
Après quelques accouplements on peut affirmer:
 cette mutation est à hérédité récessive libre.
Maintenant il fallait trouver un nom à cette mutation. Monika, l'épouse de K.W.W. trouve immédiatement la solution, car la couleur ressemble à du métal gris, le nom de cobalt est né.
Entre-temps avec Markus Bergholt, ils font l'élevage de cette mutation. Les premières années, cela donne assez de déchet et de déceptions, c'est normal avec ce type d’accouplements consanguins.
Action du cobalt
Premièrement, cela concerne l’ensemble du plumage de l’oiseau. Les intensifs deviennent extrêmement foncés. Même sur des classiques de qualité moyenne, dès qu’il y a le cobalt on obtient un oiseau tout à fait différent. On pouvait donc espérer avoir rapidement des cobalts de grande qualité en accouplant à des noirs de très bonne qualité. Le cobalt améliore les canaris noirs.
 Cobalt et onyx
En 1996, on voyait de plus en plus d’onyx qui présentaient un ventre très clair. On pense que le cobalt va évidemment améliorer l’onyx puisqu'il apporte de la mélanine jusqu'à la pointe de la plume.. Sur les onyx noir schimmel, le cobalt apporte un bas-ventre gris brun qui compense le déficit présenté par l’onyx.
On voit que l’on peut tout envisager avec le facteur cobalt.
Cobalt et mosaïque
Les mélanines mosaïques présentent toujours la zone près du cloaque sans mélanine et même sans lipochrome. Le bas-ventre est blanc. La pointe des plumes de cette zone ne fixant pas normalement les mélanines il est peut-être possible grâce au cobalt d’apporter dans cette zone de la couleur foncée comme cela a été le cas pour les intensifs et les schimmels. Est-ce que le cobalt agira ou bien est-ce que le mosaïque inhibera l'action du cobalt? Voici des questions que nous nous posions.
 
Le travail actuel des cobalts
Depuis ces débuts, Karl-Werner a mis le cobalt dans les noir rouge (intensif, schimmel, mosaïque) ainsi que dans le noir jaune (intensif, schimmel) et le brun rouge intensif. En onyx on a commencé à y introduire le cobalt. On va également croiser tous nos cobalts avec des sujets à « facteur optique bleu » pour avoir des cobalts sans brun.
 

               Noir blanc normal et noir blanc cobalt

 
                 Noir jaune intensif cobalt et noir jaune intensif normal
 

 Noir rouge normal et noir rouge cobalt
 

Deuxième partie (approfondissement des connaissances)
Comparaison du plumage du noir cobalt
par rapport au noir classique normal
Le noir classique sans facteur optique bleu a de la mélanine noire dans l’axe central de la plume (strie) et dans la zone du bas de chaque plume (donnant la majeure partie de la surface de l’interstrie). Dans cette surface, la mélanine noire est présente sous forme diluée et se mélange à la couleur de fond. Cela donne par exemple la couleur verte par mélange du pigment lipochromique jaune et de cette mélanine noire de l’interstrie. Une autre particularité concerne le schimmel et le mosaïque chez lesquels la couleur de fond n’est pas visible en certains endroits du plumage. Par exemple chez le schimmel le lipochrome ne va pas jusqu’à l’extrémité de la plume et l’eumélanine est réduite aussi dans la surface des barbes de la plume : cela donne une bordure grise qui apparaît complètement éclaircie. On peut aussi bien observer un phénomène comparable chez le mosaïque où l’on voit le lipochrome qui est réduit sous le ventre et laisse voir une zone blanche sans lipochrome. Il semblerait ainsi que lipochrome et la mélanine sont en relation mais il n’en est rien, ces deux pigments et leur répartition ne sont pas influençables l’un par l’autre. Même les noirs classiques de haute qualité sont moins pigmentés en face ventrale. Dans les standards il est précisé pourtant que le noir doit être marqué sur les flancs et mélanisé jusqu’en arrière du niveau des pattes.
Le noir cobalt se différencie de cela de façon considérable. En premier abord il a une texture de plume complètement différente. Comparé au noir normal, le cobalt a beaucoup plus de noir dans la surface du plat de la plume donc dans l’interstrie. On reconnaît aussi les jeunes noirs cobalts au nid, ils ressemblent plutôt à de jeunes agates. Cette eumélanine noire de la plume des cobalt n’est pas influençable par le retrait du lipochrome. Ainsi chez le schimmel la bordure des plumes reste d’un gris acier d ‘où d’ailleurs le nom de cobalt. En revanche le cobalt n’a pas d’influence sur la phaéomélanine. Ainsi sur un canari noir avec trop de phaéomélanine (fautive) le noir cobalt obtenu aura une teinte gris-brun sale. Il y a eu des tests de croisement avec des sujets à facteur optique bleu pour produire des noirs cobalts purs sans phaéomélanine.
Voici ci-dessous quelques schémas explicatifs:
 



Nota : un canari noir cobalt rouge intensif a été exposé au mondial d’Ypres par M. Bergdolt cage 2220 mais il était mélangé dans les classiques (dommage que les organisateurs n’aient pas mis ce sujet en évidence pour permettre au public de se faire une opinion).
Noir rouge intensif cobalt
Le noir cobalt mosaïque :la force du facteur cobalt est tellement puissante que sur un mosaïque on arrive à pigmenter le ventre (voir photos). Grâce à la répartition de la mélanine très régulière dans le plat de la plume, l’oiseau apparaît parfait. Il n’y a plus sur son corps de zone trop claire ou trop foncée, le couleur est uniformisée, tout a été pigmenté de façon très régulière.
 

Femelle noir rouge mosaïque cobalt


   Noir rouge mosaïque cobalt et noir rouge mosaïque normal
Génétique du cobalt
1. Le cobalt est à hérédité récessive libre.
2. Le cobalt est une mutation d’addition : une « plusmutation ». Elle ajoute de la mélanine alors que toutes les mutations connues jusqu’à aujourd’hui sont des mutations de réduction ou dilution. C’est comme si on avait réussi à introduire un facteur supplémentaire (comme on l’a souvent tenté par hybridation sans jamais réussir) mais en fait je le répète c’est bien une mutation naturelle survenue chez le canari couleur tout à fait par hasard.
Comparaison onyx – cobalt
Quelques experts croient encore que l’onyx est une mutation d’addition pour le noir. En fait on remarque que chez le noir onyx le dessin noir est plus faible que chez le noir classique. La mélanine apparaît plus terne et moins concentrée. L’effet de zébrures transversales perceptible dans les grandes plumes est dû à ce manque de mélanine dans le dessin. Là où il y a une augmentation de la mélanine chez l’onyx ce n’est pas dans le plat de la plume, seulement dans la bordure la phaéomélanine donne du gris et non du brun. On aurait l’impression d’une transformation. L’onyx ayant pour la pigmentation de la zone du plat de la plume (barbes) les mêmes problèmes qu’un noir classique, on peut donc penser:
Cumuler le facteur onyx et le facteur cobalt sur les canaris noirs permettra peut-être 
de s'approcher du canari entièrement noir tel qu'on l'a toujours rêvé.
Nota : cet article date d’octobre 2001 ce qui montre que ces éleveurs n’ont pas encore réussi à introduire chez le même oiseau les mutations cobalt et onyx. En effet en croisant onyx x cobalt on n'obtient en première génération que des porteurs et en les recroisant entre eux il y a seulement une chance sur 16 d’obtenir un onyx + cobalt. Nos amis allemands n’ont pas eu cette chance en 2001 mais réussiront sans doute en 2002. Il semble que la même difficulté se retrouve pour obtenir des sujets noir cobalt à facteur optique bleu dans la catégorie mosaïque.
Dernière minute (30 mai 2002): nous venons de recevoir la première photo d'un noir cobalt à facteur optique bleu. il s'agit d'un sujet en plumage juvénil (il est né au printemps 2002). Voir photo ci-dessous:
 

Jeune noir rouge mosaïque cobalt à facteur optique bleu 
(à droite) comparé à un jeune noir rouge mosaïque facteur optique bleu (à gauche)



04/01/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Nature pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 47 autres membres