Chardonnerets et Canaris

Le Canari Azul


LA MUTATION AZUL
texte et photos: Patrice Héry
Canaris appartenant à Patrice Héry
 Reproduction totale ou partielle des articles et documents interdite sans l'autorisation de l'auteur.
Copyright tous pays

Le Champion Canary Club, fidèle à sa tradition, vous invite à connaitre toutes les nouveautés du monde de la canariculture.
Cela fait déjà plusieurs années que l’on entend parler de ces azuls par les fidèles de Réggio. Pourtant ce sont les espagnols qui en élèvent le plus. Pour en savoir plus nous avons rencontré pour vous le français le plus fanatique d’azul : Patrice Héry.


Noir jaune mosaïque mâle (azul)

Les Azuls sont tout simplement des noirs (en fond jaune, rouge ou blanc) qui ont une expression maximale du facteur optique, donc une réduction quasi totale de la phaéomélanine. Cela donne ainsi un aspect gris bleuté sur l’ensemble de l’oiseau.
La dénomination “AZUL” n’existe pas dans le standard puisque c’est un noir sans phaéomélanine. Son standard correspond simplement au standard du noir.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 quelle est l’origine des azuls ?
Les premiers noirs de ce type que j’ai pu rencontrer sont nés chez un ami éleveur de la région parisienne (Manuel Rivas) qui à l’époque, déjà presque une dizaine d’années, avait une souche de noir rouge mosaïque. Comment il a obtenu ces oiseaux ? Tout simplement par hasard. En 1992 je lui cédais une femelle agate rouge mosaïque porteuse d’opale qui avait une bonne réduction de la phaéomélanine. Il l’a introduit dans ses noirs (noir x agate) et il garda une fille de ce couple.


L’année suivante il accoupla cette fille avec un noir et lors de la reproduction 1994 il me téléphone pour me dire “patrice il faut que tu viennes voir à la maison, dans un nid j’ai deux noirs qui sont tout bleu”. Ma réponse a été de lui dire “ce ne sont peut-être pas des noirs mais des agates”.
“impossible, ce sont bien des noirs ils ont les pattes noires comme du charbon”. Intrigué, je me rends le lendemain chez lui et effectivement je constate que ce sont bien des noirs mais au plumage très bleuté, sans marron. Et c’est là que nous avons retracé les origines avec son cahier d’élevage et nous décidâmes d’attendre la fin de la mue pour voir leurs aspect définitif. En septembre nous prîmes les oiseaux (un male et une femelle) pour les montrer à mon ami René Guillot, qui pût constater cette réduction importante de la phaéomélanine sur les deux canaris (des oiseaux tous gris bleu avec un dessin bien noir mais au dessin encore trop court).
Il me semble que l’origine des Azul est certainement due au croisement (noir x agate) ou inverse, et quelques fois ce facteur  pour des raisons encore inconnues se fixe sur le noir.

Noir jaune mosaïque femelle (azul)
PS : Lors du colloque international de Bordeaux en octobre 2002, des espagnols confirmeraient cette théorie. Toujours pendant le colloque une autre hypothèse a été émise : la fixation de ce facteur serait due au croisement de canaris x un serin. cette observation nous l’avons faite il y a déjà longtemps, par exemple lorsqu’on croisait noir x agate topaze. Mais pouvait-on parler de mutation ? Y a t-il une différence avec ce qu’on appelle le facteur optique (facteur bleu ou facteur de réfraction) ?
Je pense que le facteur optique était un facteur qui s’exprimait de façon variable et qui sur les noirs ne permettait pas d’avoir vraiment la disparition de la phaéomélanine visible dans tous les points du plumage. On peut dire que l’azul est vraiment une mutation quand on observe son hérédité. En effet maintenant avec le recul et les confrontations de mes observations personnelles avec celles des espagnols, je peux affirmer que l’azul est une mutation à hérédité récessive libre comme l’opale ou le topaze. Les accouplements sont :
Noir azul X Noir normal = 100 % de Noir /porteur azul
Noir azul X Noir porteur d’azul = 50 % d’azul et 50% de porteur
Noir porteur d’azul X Noir porteur d’azul = 25% d’azul, 25% de non azul et 50% de porteurs.

A noter que les porteurs d’azul sont souvent très chargés en phaéomélanine, c’est étonnant. Et quand on regarde les jeunes au nid, la différence entre un azul et un porteur est flagrante. 
Dans le travail de la souche, il faudra préférer les porteurs qui auront le moins de phaéo afin de rendre les jeunes azul beaucoup plus lumineux. L’azul agit comme une baguette magique pour faire disparaître la phaéo. Toutefois si on travaille sur une souche trop chargée en phaéo il en restera un peu chez les azuls obtenus. Au contraire si on travaille sur une souche déjà avec une bonne réduction de la phaéo on obtient alors des sujets parfaits pour ce critère : ils n’auront plus de phaéomélanine du tout.
La photo montre que le sujet porteur a encore de la phaéomélanine fautive (visible notamment en bordure de rémiges). Les deux azuls eux sont parfaitement reconnaissables par la disparition de la phaéomélanine.

 quelle est l’évolution actuelle de l’azul en Europe ?
On voit actuellement cette mutation sur les noirs jaune mosaïque et les noirs blanc. Effectivement ces oiseaux manquaient de facteur de réfraction, donc les Azuls sont arrivés en masse dans ces classes depuis deux ans : Mondial d’Amiens et de Suisse ainsi que lors de notre championnat de France. A l’origine les Azuls ont une structure de plume plutôt large et une longueur de plume plutôt courte ce qui donne un dessin cassé et pas assez longitudinal. On observe aussi quelques fois de la dépigmentation en bout de plume comme chez certains agates. Mais ces deux dernières années une amélioration constante démontre qu’avec des accouplement judicieux nous arrivons à modifier la structure de cette plume. Ce travail sur la structure de plume permet d’avoir maintenant un dessin plus long et beaucoup plus aligné ce qui permet de se rapprocher du standard actuel du noir idéal. Dans la classe des noirs rouges les azuls n’ont pas encore pris la place des noirs rouge mosaïque normaux car ces oiseaux ont déjà été travaillés depuis de nombreuses années et le facteur de réfraction y est bien présent. Mais avec du travail il me semble que les azuls viendront rivaliser rapidement avec ces noirs rouges mosaïques car vu que les azuls sont sans phaéo fautive, dès qu’ils auront le dessin strié bien aligné, ils seront alors beaucoup plus spectaculaires que les normaux.
Concernant l’oxydation du bec et des pattes aucune interaction  entre la mutation Azul et celle-ci. Il faut travailler cette qualité d’oxydation comme dans les souches de noirs normaux.
 
 



Noir blanc (azul)

Cette mutation ne rencontre pas de problème particulier et à mon sens elle devrait améliorer toute les séries de noir et pas seulement en classiques. Elle devrait améliorer les noirs pastels (qui ont souvent étaient délaissés car ils avaient trop de phaéo fautive). Peut-être aussi dans le noir opale mais là l’intérêt est moins évident.
 
Cette année j'ai introduit le facteur azul dans ma souche de brun mosaique jaune, nous verrons en 2005 les résultats sur les bruns. Mon but serait d’obtenir des bruns sans phaeo en interstrie, chez lesquels seule l’eumélanine brune s’exprime dans son expression maximale. Affaire à suivre …
Brun jaune mosaïque mâle (sans azul)
quels sont les azuls que tu possèdes ? Dans quelle direction as-tu orienté ton élevage de cette mutation dans les dernières années ?
Au début j’avais seulement des azuls dans ma souche de noir mosaïque jaune mais depuis deux ans j'ai donc transmis ce facteur dans les noirs blanc et dans les noirs rouge mosaïque des oiseaux qui deviennent déjà très intéressants. Et maintenant aussi vers les bruns mosaïques comme je l’ai dit précédemment.

Jeune noir jaune mosaïque de la saison 2003 en plumage juvénile
Nous espérons que ces quelques lignes vous auront éclairé sur cette nouvelle mutation et donné envie de regarder plus attentivement les noirs lors des prochaines expositions.


04/01/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Nature pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 47 autres membres